Mon histoire – Partie 22 – Placere

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Mon histoire – Partie 22 – PlacereJuillet 2015Suite à ce fâcheux weekend, nous n’avons pas revu Pierre pendant deux semaines . Il est parti en mission à l’étranger, ce qui n’est pas un mal.Les choses peuvent ainsi s’apaiser un tant soit peu.Corinne est venue passer quelques soirées chez nous et, si elle n’aborde pas le sujet en ma présence, je vois bien que la séparation l’attriste.Elle d’habitude si pétillante et pleine de vie est d’une morosité qui déteint sur son teint devenu pâle et ses yeux sont cernés.De notre coté nous avons revu notre soumise plusieurs fois.Elle se livre à nos jeux avec enthousiasme et bonne humeur, s’épanouissant tous les jours dans nos pratiques qui restent douces.Elle garde toutefois un petit fond de pudibonderie qui nous amuse.Pour la dévergonder un peu plus, nous l’avons conduite à une après midi “SM” au Placere, lieu ou nous avons maintenant nos entrées et dans lequel nous sommes accueillis à bras ouverts.Pour l’occasion, nous lui avons offert une jolie tenue. Un corset tres serré enserre sa taille, laissant ses seins nus. Des bas auto fixant moulent ses jambes et un collier de cuir , également noir, assorti à l’ensemble complète le tout.Sur le pallier du Placere, les masques mis, nous entrons dans cet antre de débauche voué au plaisir des sens.Tandis que je converse avec le propriétaire des lieux, Maîtresse promène Christine dans les couloirs, exhibant fièrement sa soumise intimidée et rouge de confusion.C’est la première fois qu’elle est ainsi montrée en public et, bien qu’on ne puisse pas la reconnaître sous son déguisement, ses craintes sont réelles.Elle a bien raison d’ailleurs parce que, au détour d’une salle, elles croisent celle qui est maintenant Maîtresse LN.Mon ex-épouse , sexy dans sa tenue de dominatrice est accompagnée d’un jeune éphèbe soumis.Elle le tient au bout d’une laisse fixée à une cage de chasteté.Étonnées et ravies de se rencontrer , les deux soeurs se font la bise.Christine baisse la tête , honteuse, espérant passer inaperçue. – Bonjour soeurette, comment vas tu ?- Tres bien et toi ? Tu es bien accompagnée dis moi.- Oui, je teste mon nouveau jouet. Et toi ?- Bruno et moi avons une nouvelle esclave.- Je vois ça. Bonjour Christine…Sur le coup, la soumise se recroqueville un peu plus et reste muette.Véro lui assène un léger coup de badine sur les fesses.- Tu réponds quand on s’adresse à toi !- Euh… Oui…Pardon.. Bonjour- Bonjour qui ?- Maîtresse… Pardon….Hélène reprend:- Tu as encore du boulot canlı bahis pour la dresser convenablement. Il faudra que tu me la prêtes, je vais la mettre au pas.- je ne pense pas que ce soit une tres bonne idée, lui répond elle en souriant.- Non , tu as raison…. Bien le bonjour à ton bigot de mari , ma chérie. On se voit toujours demain pour le thé?- Oui Maîtresse..Apres cet échange totalement surréaliste, elles me rejoignent au bar. Véro me raconte la scène et je réconforte notre amie au bord des larmes.- Ne t’inquiètes pas, elle ne dira rien. Je vais lui parler pour m’en assurer.Je pars à sa recherche et la retrouve occupée à poser des pinces sur les seins de son soumis suspendu par les poignets.Nos relations sont apaisées et c’est avec plaisir que je revois celle qui a partagé ma vie pendant de longues années.Elle me rassure, si besoin était: Bien sur que non, elle ne dira rien ..- je ne savais pas que tu étais dominateur également.- Je suis multi tâche, lui dis je en riant, comme un couteau suisse. Je vais ou le vent me mène, suivant mes envies du moment. Je pourrai aussi bien être à la place de ton soumis.- Ça te plairait d’être à mes pieds ?J’esquive en lui répondant que je ne suis pas sur que sa soeur apprécierait vraiment.Les deux filles font leur apparition.- ne t’inquiètes pas Christine, tu connais la devise de la maison ? Ce qui se passe au Placere, reste au Placere. Et changeant de sujet , – regardez mon soumis, il supporte bien sa condition, il va falloir le récompenser.Véro rétorque :- Si tu lui enlèves la cage notre soumise va s’en occuper.Aussitôt dis, Aussitôt fait. – Christine, à genoux. Suce le.- Oui Maîtresse.Et elle commence sa fellation sur le sexe totalement glabre de l’esclave détaché.Le traitement qu’elle lui applique doit être particulièrement doux parce que le jeune homme, les yeux mi clos, sourit béatement tout à sa félicité.- Mets toi à quatre pattes maintenant, il va te saillir comme une bonne chienne.Il n’hésite pas à la pénétrer . Elle ahane de bonheur sous les coups de butoir de son amant d’un jour. Le coït est puissant, presque sauvage .Sentant la toute proche jouissance de son soumis, Hélène enlève brutalement les pinces de ses seins.L’afflux de sang dans ses tétons martyrisés lui apporte un surcroît de douleur qui rend sa jouissance encore plus effrénée quand, sous nos ordres, Christine lui enlève le préservatif et happe son vit.Collée à son pubis, la bouche de la soumise s’emplit de foutre.Lorsque la source est tarie, bahis siteleri elle se retire et nous montre le sperme qui la souille.- Avale maintenant !Plus tard, nous retrouvons, dans la salle de cinéma, notre hôte fort occupé.A ses pieds, une jeune demoiselle, en laisse, lui prodigue consciencieusement une gâterie.Nous apercevant, il nous fait signe de nous approcher.- J’apprécie beaucoup de montrer à mes invités les talents de mon amie.Elle a effectivement l’air d’avoir une technique sure malgré son jeune âge.- Vous savez, poursuit il, j’aimes ces séances soft. J’exècre la v******e, j’adore la cérébralité, le jeu, les mises en scènes. N’est ce pas ma douce ?Nous le rassurons quant à nos goûts communs . – c’est bien ainsi. Maître, rajoute t il l’oeil rieur, fier du double sens de ses propos, voudriez vous vous laisser tenter par les aptitudes de ma soumise maîtresse?- Avec plaisir cher ami, si vous me permettez de vous confier notre esclave à mon tour.- Pourquoi pas en effet, bien que j’eusse préféré autre chose , lance t il en adressant un sourire à Véro.- Si je dispose à mon gré de mon esclave, il n’en va pas de même pour mon amour qui est une affranchie. Et Véro de reprendre:- Mais en femme libre, j’accepte bien volontiers de vous montrer mon habileté.Ravis de notre dialogue tres BCBG, tres vieille france, tres policé dont nous sommes extrêmement éloignés en réalité, nous partons d’un éclat de rire.Il n’empêche que Sophie, puisque c’est le nom de la jeune femme, ne tarde pas à me procurer une érection de bon aloi grâce à ses aptitudes.Véro, quand à elle, chose promise, chose due, prouve à notre ami qu’il n’a rien perdu au change.- Effectivement, dit il au bout de quelques instants, votre compagne est d’une efficacité redoutable. Permettez vous chère amie, que je me laisse aller en vous ?- Une femme du monde ne recrache jamais la semence de ses amants .Il atteint donc son plaisir les mains crispées sur les accoudoirs de son fauteuil.- Merci ma chère, votre art atteint les sommets. Sophie, mon amour, vous avez encore beaucoup de progrès à accomplir avant d’atteindre la virtuosité de notre amie.Son esclave, un brin vexée, ne se laisse pas perturber. Pour me vaincre, elle a trouvé mon point faible. Quand je sens un doigt forcer ma rondelle,, je ne peux contrôler la montée de sève.Trois jours plus tard, Pierre revenu en France vient nous rendre visite. Il n’est pas seul. A ses côtés se tient une tres charmante demoiselle, plus jeune que nous, brune, bahis şirketleri les cheveux coupés courts.Elle est grande, athlétique. A ses bras musclés on devine une sportive accomplie.- Je vous présente Muriel.L’accueil de Véro est excessivement froid.Rejoignant ma douce en cuisine lorsqu’elle va chercher des rafraîchissements, je ne peux que recadrer les choses:- Pierre c’est mon ami, ce qui c’est passé avec Corinne ne nous regarde pas. Ne sois pas désagréable, s’il te plaît !- Tu as raison, excuse moiElle est plus souriante quand elle revient du salon, un plateau à la main.Elle reste tout de même distante mais ne peut s’empêcher de poser quelques questions:- Alors, dis moi Muriel, Pierre et toi vous vous connaissez depuis quand ?- Quelques années. Pierre était mon capi… Mon supérieur à l’armée. Je travaille pour lui maintenant.- Et vous êtes ensemble depuis longtemps ?- Non, du tout, une quinzaine de jours seulement.Et les choses se gâtent quand la sonnette retentit de nouveau et que Corinne fait son apparition avec son nouvel ami.Pour le coup, celui là je le connais. C’est un confrère , un peu plus agé que moi, divorcé depuis quelques temps. Un très gentil garçon, trop gentil peut être…L’ambiance est glaciale.Pierre se lève le premier- bonjour Corinne, comment vas tu ?- jusqu’ici, j’allais bien, lui répond elle sèchement. Tu me présentes ?- Oui. Corinne, voici Muriel mon amie. Muriel, Corinne- Son ex amie, rajoute t elle. A mon tour de te présenter Marc, mon nouveau copain.S’adressant à Véro elle reprend- Nous étions juste passés vous faire un petit coucou. Mais je m’en voudrais de vous priver de l’exclusivité de Pierre, nous allons vous laisserPiqué au vif , Pierre rétorque- mais non, je sais être partageur, restez donc un peu..Muriel et Marc restent muets devant cet échange dont ils ne peuvent comprendre les sous entendus.- Non, non, nous partons.Et comme une gamine écervelée , elle se pend au cou de son ami et rajoute- Il nous tarde de nous retrouver dans l’intimité.Pierre prend Muriel par la taille et l’attirant vers lui: – Oui, je vois ce que tu veux direEt c’est là que je perds, chose rare, mon sang froid- Vous m’agacez avec vos enfantillages ! Marc, excuse moi mais il est temps que vous partiez! . Muriel, Pierre et toi allez nous quitter également ! Et je mets tout le monde dehors.Le lendemain, Véro tente de joindre Corinne. En vain. Elle essaye partout, laisse messages sur messages. Elle appelle ses parents, interroge Marc qui lui dit qu’en sortant de chez nous il l’a raccompagnée et qu’ils ont rompu sur le pas de la porte.Véro va chez elle, elle a la clé de son appartement. Il est vide.Le soir venu, il faut bien se rendre à l’évidence, Corinne a disparu..

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın