Un directeur pervers suite

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Un directeur pervers suiteUne foi Agathe partie, le temps est venu de s’occuper de sa fille. Jean, le pion, la ramène donc dans les appartements du Directeur. Seule face aux deux vieux pervers, Albane n’en méne pas large. Elle ne sait pas que sa mère a été obligée de confesser leurs dépravations sexuelles. Le Directeur, pour la mettre tout de suite dans l’ambiance lui commande :« A poil fille de pute ! En position de soumise ! »Agathe, affreusement humiliée de devoir se plier à une exigence qu’a l’évidence il ne faut pas discuter, s’exécute immédiatement sous les yeux vicieux des deux hommes.Ils se placent derrière elle à la fois pour profiter du ravissant spectacle qu’elle offre mais surtout pour pouvoir, sans difficulté, s’occuper comme ils l’entendent de son petit cul qu’elle est contrainte d’offrir. Le Directeur, avant d’animer la séance, sur un ton autoritaire mais très calme, lui demande :« Explique-moi donc ce qui s’est passé dans les toilettes du lycée, ma petite Albane, pour que tu te retrouves ici à présent ? »Albane hésite à confesser ses turpitudes dans les toilettes des garçons craignant d’en dire trop et d’être sévèrement punie pour avoir désobéit au règlement ou, au contraire, pas assez et de voir sa sanction encore aggravée par les omissions. Sa réponse ne venant pas assez vite, elle reçoit un coup de trique sur le seins droit, la faisant aussitôt réagir.« Je t’écoute ! »« J’ai reçu un sms me mettant au défi de me rendre aux toilettes des gars et de sucer tous ceux qui entreraient. »S’empresse d’avouer la jeune fille qui tremble de peur.« Très bien ! » Dit le Directeur avant d’ajouter d’un ton très calme presque rassurant « Ca nous le savons. Mais je veux que tu me confesses en détails combien tu en as sucer et comment tu t’y prend ! »Dans le même temps, d’une main ferme, jean lui malaxe le sein qu’il venait de châtier comme pour encourager leur victime à se laisser aller à toutes les confidences.Albane est au comble de la honte mais n’a pas d’autre alternative. Elle commence par bredouiller lamentablement des banalités. Mais la voix impérieuse du directeur accompagné d’une torsion de son sein, exige plus.Elle continue d’une voix mal assurée, aux questions de plus en plus précises du dirigeant de l’établissement. Toute hésitation même brève fait l’objet d’un sec coup de cravache pour la rappeler à l’ordre. Sous l’influence de ces différents traitements, la pauvre Albane, sent à son grand désarroi qu’elle réagit, comme on pouvait s’y attendre. Son sexe devient à la fois brûlant et de la mouille coule le long de ses cuisses.Après avoir tout raconté, elle se croit tirée d’affaire. Mais les questions se poursuivent sur son comportement sexuel en général et ses antécédents dans le domaine. Morte de honte de douleur et d’humiliations des larmes ne cessent de perler à ses yeux. Mais son corps trahit ses émotions. Sa chatte coule de cyprine et ses seins durcissent. Les deux vicieux devant son trouble lui demandent :« Exposes-toi mieux salope ! »« Je crois que tu es surtout une chienne en chaleur très gourmande n’est-ce pas ? » Dit le directeur tout en vérifiant tekirdağ escort la source de son jugement.« Oui Monsieur! » Confesse piteusement encore la pauvre Albane, dont l’intimité se fait fouiller sans délicatesse par cette main autoritaire.. « Je crains beaucoup que tu ne récidive ma chérie, si nous te laissons dans cet état. Je crois qu’il faut absolument qu’on s’occupe sérieusement de toi et l’on va commencer tout de suite ! Surtout ne bouge pas. ! »Albane anéantie par cet séance est décomposée perdant toute dignité. Elle attend anxieusement la suite des opérations. Elle sent les deux mains du Directeur prendre possession de ses hanches pendant qu’il lui ordonne : «Laisse toi faire gentiment à présent, je vais te donner du plaisir et comme ça tu seras beaucoup plus calme et détendue ! »Profitant de son abondante lubrification, le Directeur s’enfonce d’un coup dans sa chatte baveuse. Très rapidement Albane dont l’excitation était sous-jacente, jouit sans pouvoir réprimer un crie en ouvrant grande sa bouche. Jean en profite pour lui mettre sa queue au fond de la gorge, la faisant ainsi taire.Les deux vieux vicieux la prennent en sandwich, changent de trous et finissent par lâcher leurs venins dans Albane qui est épuisée. Ils la laissent reprendre un peu ses esprits puis retirent leurs engins. Ils lui disent d’un ton presque complice en lui donnant une tape amicale sur les fesses :« La prochaine fois, on t’apprendra à mieux te contrôler, petite coquine, mais pour cette fois ça ira ! Tu peux te rhabiller. » Le Directeur achève ses commentaires en pinçant un téton d’Albane qui les yeux baissés ne sait plus ou se mettre après avoir été abusée pendant près d’une heure par ces vieux pervers.Elle trouve encore la force de les remercier :« Merci Messieurs. Je peux y aller à présent s’il vous plait ? »« Oui bien sûr Albane ! Tu peux t ‘en aller ! Mais reste à notre entiére disposition petite salope ! » Lui répond Jean en lui ouvrant la porte.Agathe une fois dehors, se dépêche de rejoindre son cours. Elle prend le temps d’aller aux toilettes pour se rafraîchir un peu, mais elle est encore toute rouge en arrivant près de ses camarades. Elle devine que les autres ne sont au courant de ce qui vient de lui arriver. Albane si pimpante a perdu toute sa superbe à la suite de son humiliation publique. Elle ne se conduit plus du tout comme avant ces événements quand toutes les filles la considéraient respectueusement comme une battante pleine d’expérience. Elle repense à ce qui s’est passé dans les appartements directorial peu de temps auparavant. Elle constate, à sa grande surprise, qu’à cette simple évocation, elle mouille sa culotte. Elle appréhende le moment où elle va retourner chez elle et sera confrontée aux foudre de Christophe.A la fin de la semaine, Albane rejoint de domicile de sa mère avec une boule au ventre. Elle est accueillie jovialement par Christophe :« Enfin te voilà ma petite. Ne t’inquiéte pas. Je voulais te punir pour ton comportement à l’école mais j’ai décide avec ta mère de plutôt profiter de ton dressage et d’organiser avec Alain et escort tekirdağ Michèle un atelier de bondage. »Alabane n’est qu’à moitié rassurée. Elle sait qu’elle ne subira pas le fouet mais ne connait pas bien les réalités du bondage. Il la fait entré et tout le petit groupe l’attend et l’accueil chaleureusement. Ils prennent tous un apéritif de bienvenue. Puis Alain lance :« Bien on va peut-être passer à la pratique ? »« Oui tu as raison Alain ! » Répond Christophe.Je reprend en ordonnant à Albane :« Met-toi nue ma chérie ! »Agathe aide sa fille à se déshabiller et j’ai très envie de la voir attachée. C’est mon homme qui commence à l’attacher avec les cordes mises à disposition. Il entrave d’abord ses poignets, puis ses chevilles. Ensuite Christophe passe des cordes entre ses cuisses et entre ses seins. Albane, soumise, sent le frottement de la matière fibreuse sur sa peau frémissante. Elle mouille déjà. C’est à mon tour de lui enserrer la poitrine avec un jeu de cordes plus sophistiqué. Cette pression sur ses seins est nouvelle pour elle et malgré cette exhibition humiliante, elle aime cette étreinte râpeuse. Ses tétons pointent et un léger frisson lui parcourir l’échine. Albane trouve cette nouvelle situation bouleversante. Nous sentons que la tension monte entre nous. Je ne suis souvent attirée par les femmes, et cette situation de soumission d’Albane devant sa mère me fait tourner la tête et me donne envie de m’abandonner avec elle. Sa mère lui demande :« Tu aimes???»Rougissante de plaisir et de honte Albane lui répond :« Oui Maman j’adore. C’est bon. »Je ne peux alors m’empêcher de l’embrasser à pleine bouche. Ma langue s’est enroulée avec la sienne et nos amis ont applaudirent l’ échange de notre long baiser brûlant. Ça a instantanément réveillé mes sens. J’ai resserré les liens autour d’elle. Chaque parcelle de son corps est désormais enserrée dans la corde. Agathe à son tour, passe passé un bout de corde entre les lèvres de sa chatte trempée. Albane ne peut réprimer un gémissement de surprise et de plaisir au contacte rugueux sur son clitoris. Mais sa mère lui ordonne :« Tais-toi ! Tu ne dois pas émettre le moindre son ou la punition suivra ! »Le ton autoritaire de la voix de sa mère ne fait qu’accentuer son désir en la faisant dégouliner de cyprine. Le remarquant, Christophe s’approche et glisse une main sur sa chatte pour vérifié son état d’excitation en disant  aux autres :« C’est une chaudasse comme sa mère celle-là ! »La pression des cordes accentue les frissons provoqués par un orgasme imminent. Le sang lui monte aux joues. Sa fente est enflammée. Albane est rouge de confusion et sait que ce n’est que le début de son humiliation. Et c’est vrai qu’elle prend goût à cette d’exhibition. Eux connaissant ses penchants veulent se servir d’elle beaucoup plus. Nue, les bras en l’air, exposée sans pouvoir se défendre ni cacher une partie de son intimité, suspendue et ligotée comme un morceau de viande, nous nous sommes mis à la palper. Elle se tortille ridiculement sous nos caresses. Mais ses mouvement entravés ne font que nous exciter. Une chaleur tekirdağ escort bayan envahit son bas ventre. Son vagin coule et détrempe la corde qui lui coupe le sexe.N’y tenant plus, j’approche ma bouche de sa petite chatte et avec ma langue, j’éponge son liquide intime. Je le fais doucement pour faire monter la température. Des frissons la parcourent. Elle est au bord de l’orgasme. Là Albane se met à supplier :« Baisez-moi ! Baisez-moi ! Je vous en supplie je veux vos queues !!! »Christophe lui obéit et entre profondément dans mon intimité. Aussitôt, dans un râle de plaisir Albane s’écrie :« Hoooo ouiiii !!! C’est trop booooon de se faire défoncer en étant attachée et soumise ! »Christophe redouble d’efforts et la bourre sévèrement ; s’acharnant comme un forcené dans son vagin, la rendant de plus en plus dégoulinante. Christophe se retire pour mettre sa queue dans sa bouche grande ouverte par le plaisir. Mais sa chatte ne reste pas longtemps vide. Elle est aussitôt remplie par mon homme.Agathe et moi devant un tel spectacle ne pouvons rester insensible. Nous nous mettons à nous gouiner et notre jouissance monte rapidement. Se sont les hurlements de jouissance d’Albane qui déclenchent notre orgasme.Nos hommes prêt à jouir se retirent de la fille ligotée qui se balance impudiquement au bout de sa corde en gémissant de plaisir. Il viennent vers nous et jouisse sur nous. Agathe et moi au comble du plaisir partageons la douce semonce de nous mâles.Maintenant que le plaisir est retombé, Albane qui se balance toujours au bout de sa corde, nous supplie :« Venez me détacher ! Je suis toute engourdie et je commence à avoir mal ! »Nous la regardons encore un peu hébétés par nos jouissances respectives en lui souriant. Je la trouve belle ainsi ficelée. C’est Christophe qui décide enfin de la détacher. Il la dépose au sol, ses jambes ne la soutenant plus.Alain me balance alors un gode ceinture et me dit :« Je veux qu’tu la prennes par le cul avec ça ! » Agathe installe sa fille à quatre pattes pendant que j’enfile le gode ceinture aidé par mon homme. Christophe ordonne à Agathe :« Suce le gode avant que Michèle encule ta fille ! »Puis, je m’agenouille derrière ses fesses. Je prend sa mouille pour lubrifier son anus, j’empoigne les hanches d’Albane et lentement, j’enfonce le gode dans son étroit conduit anal. Elle se cambre un peu plus en le sentant s’enfoncer en elle. Au fond de son cul, je commence les vas et viens accélérant peu à peu le rythme. Quelques minutes plus tard, je la prends si fort et si vite que son cul claque contre moi et que ses seins ballottent dans tous les sens. Elle couine comme une petite chienne et je m’enfonce au plus profond de ses entrailles encouragés par les mâles et sa mère. Tout à coup, elle se crispe et elle hurle sa jouissance. Épuisées, nous nous écroulons sur le côté. nous nous sommes allongés sur le lit. Remisent de nos émotions, Alain et Christophe nous servent du Champagne et Albane commente sans gêne :« J’avais peur en rentrant de me faire fouetter par Christophe. Mais cette expérience a été plus qu’intéressante. J’ai éprouvé du plaisir à être attachée, soumise à vos désirs. Même si la position dans laquelle j’étais, n’était pas vraiment confortable. J’ai adoré cette séance de bondage. »Nous trinquons à cette révelation sachant que les aventures d’Albane ne font que commencer.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın